1. SALUT NAZAR, PRÉSENTE TOI. 

Bonjour, moi c’est Nazareth mais tout le monde m’appelle NAZAR.

Je suis danseur professionnel, chorégraphe, model et professeur en Hip-hop mais également House Dance au LAXStudio Paris entre autre.

 

2. PEUX-TU NOUS PARLER DE TON PARCOURS ? 

J’ai toujours aimé danser. Petit, j’ai eu la chance d’avoir deux chaînes du câble : MTV Base et Trace TV, c’était incroyable pour moi car je viens d’un milieu très modeste et c’était le grand luxe de pouvoir accéder à des chaînes US. J’étais comme un fou devant les clips de Justin Timberlake, Missy Elliot, Usher, Aaliyah, etc.

Ado, j’ai pris mes premiers cours de danse Hip-Hop dans une MJC à côté de chez moi, puis après le bac, Liliane Lawin m’a alors pris sous son aile et ma clairement fait rentrer dans la culture Hip-hop en me formant pendant 1 an au Locking, Popping et Hip-Hop Freestyle.

En parallèle, j’étais dans les études donc je n’étais pas vraiment à fond et j’avais des périodes “off”. C’est lorsque j’ai obtenu mon master que tout à changé. J’ai rencontré Mamson, l’un des meilleurs danseurs de House Dance. Nous sommes devenu très proche, il est comme un grand frère pour moi. Il m’a beaucoup entraîné et fais prendre conscience que la House était vraiment la discipline dans laquelle je voulais me perfectionner.

Quelques temps après je me suis blessé au genou et j’ai  découvert que j’avais une maladie grave. Ca m’a évidemment fait perdre pas mal de temps mais je pense que ça m’a surtout rendu plus fort au final et donné beaucoup de motivation.

« Je pense que tout passionné cherche d’abord à exceller »

 

3. COMMENT ÉVOLUES TU DANS LE MILIEU, PROFESSIONNELLEMENT?

Je pense que tout passionné cherche d’abord à exceller. Le meilleur moyen d’évaluer son niveau, c’est le battle, c’est donc là que j’ai commencé. A force de gagner des battles et des concours chorégraphiques (Quality Street), j’ai pas mal bougé (Etats Unis, Inde, Italie, Espagne, Suisse, Canada, etc).

Avoir une reconnaissance artistique m’a permis de donner des workshops, de juger des battles (World of dance by Jennifer Lopez), de partager ma vision de la danse et d’accroitre ma visibilité. Ça a été mon premier job.

Ensuite j’ai fait mes premiers castings et j’ai notamment pu danser dans le jeu vidéo « Just dance », ça a été une expérience très enrichissante pour moi.

De fil en aiguille, je me suis retrouvé sur des TV shows pour des artistes tels que Maître Gims, Vitaa, Lartiste, Slimane (NRJ Music Awards, TF1, clips vidéo, etc).

Je suis d’ailleurs très reconnaissant auprès des chorégraphes qui m’ont donné la chance de pouvoir danser aux côtés de ces artistes : Kany, Kyf et Zack. 

Dernièrement, j’ai eu la chance de danser à Las Vegas pour un show avec Dave Scott, le chorégraphe du film Street Dancer et également fait un show à Los Angeles pour le Award for Janet Jackson en la présence de Janet Jackson!

C’était un show chorégraphié par Travis  Payne, le chorégraphe de Michael & Janet Jackson. Je n’arrive toujours pas à y croire d’ailleurs, dans le show il y avait également Chris Grant (chorégraphe de Beyoncé) et Rich (chorégraphe de Chris Brown, Usher et Madonna) puis Kany, une danseuse française qui a fait carrière aux États Unis et d’ailleurs grâce à qui j’ai intégré ce show.

Sinon, je donne des cours réguliers le mercredi où vous pouvez me retrouver au LAX STUDIO et le mardi au studio Massaro.

« J’ai perdu énormément de temps avant de comprendre et d’assumer le fait que j’avais un talent. »

 

4. TU ES EN PLEINE ASCENSION, SELON TOI, QUELLE EST LA CLÉ POUR RÉUSSIR À VIVRE DE SA PASSION ? 

En un mot, le travail! On ne peut pas se plaindre d’une chose s’il n’y a pas le fond et le travail derrière. Aujourd’hui, je continue à prendre des cours par exemple et à travailler, je dis toujours que je serai un élève à l’infini, on a toujours quelque chose à apprendre et à améliorer! J’ai perdu énormément de temps avant de comprendre et d’assumer le fait que j’avais un talent, on a toujours une certaine pudeur par rapport à ça mais sache que tu peux rester humble et avoir confiance en toi, c’est difficile et ça prend du temps de trouver le juste milieu mais, il faut être patient ça vaut le coup.

 

5. LIEUX INCONTOURNABLES POUR VIVRE LA DANSE HIPHOP SUR PARIS? 

LE DJOONc’est le lieu incontournable underground pour les clubbers. J’y ai découvert la House, les cercles, c’était une culture qui m’était totalement inconnue à l’époque mais je sentais au fond que cette culture accueillait n’importe qui les bras grands ouverts. Donc je conseille vraiment ce lieu, il se trouve à quai de la gare sur la ligne 6. C’est un club très cosy, bonne ambiance ou il y a d’excellents DJ internationaux.

LE CENTQUATRE, c’est un espace culturel auquel je tiens tout particulièrement car j’y ai remporté le fameux concours Quality Street Finest avec Mounia en duo en 2015. En gros, c’est un lieu où on peut s’entraîner, où il y a des spectacles, une bibliothèque et des expositions. Bref, il faut vraiment aller le visiter. Le 104 se trouve au métro Riquet sur la ligne 7

LA PLACE, à Châtelet, c’est un espace dans le forum des halles consacré à la culture Hip-hop. On y retrouve des concerts, des événements, des shows créations, une bibliothèque avec un espace consacré au Hip-hop et ça c’est vraiment top pour les danseurs curieux qui veulent s’informer sur la culture. Il y a aussi un bar, et surtout les danseurs avec qui on peut s’entraîner librement dans des espaces dédiés. C’est un espace que j’aime vraiment ou respect, training et échange sont les maîtres mots.

 

8. LE MOT DE LA FIN

Merci pour cette interview et je ne cesserai de le répéter, même si ça fait cliché :

« Restez vous même, faites vous confiance, entourez vous de bonnes personne, testez plein de choses, prenez des risques, souriez, voyagez et dites vous qu’il y a toujours pire que vous et aussi toujours meilleur pour se motiver, en gros : profitez de la vie! »